Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

L’Angola assume la présidence du conseil de paix et de sécurité de l’union africaine

23/08/2018

La République d'Angola assume depuis le 1èr septembre, la présidence rotative du Conseil de paix et de Sécurité de l'Union Africaine (CPS) pour une période de deux ans

La République d'Angola assume depuis le 1er septembre, la présidence rotative du Conseil de paix et de Sécurité de l'Union Africaine (CPS) pour une période de deux ans.



Le premier acte de la présidence de l’Angola a commencé le 04 septembre avec le lancement de la célébration du mois africain de l’amnistie.

Mettre fin à la guerre, aux violations des droits humains et éviter les génocides figurent parmi les priorités, a dit le représentant permanent d’Angola auprès de l’Union Africaine (UA), Arcanjo do Nascimento. L’ambassadeur d’Angola a tenu ces propos mardi 4 septembre à Addis-Abeba (Ethiopie) dans le cadre de la présidence rotative du pays au Conseil de Paix et Sécurité (CPS).

La 793ème réunion du CPS a marqué le début officiel de la présidence d’Angola, et a servi au lancement en septembre (jusqu’à l’horizon 2020) comme « mois africain de l’amnistie pour la remise et récupération des armes légères et de petit calibre.

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement africains ont décidé, au sommet de juillet 2017, de déclarer le mois de septembre de chaque année comme étant le « Mois africain de l’Amnistie », en vue de récupérer les armes légères et de petit calibre ainsi que la mobilisation des Etats africains pour l’application de la feuille de route de l’Union Africaine sur la non utilisation des armes jusqu’en 2020. L’Angola a mis comme priorité dans l’agenda de sa présidence, la « recherche des solutions africaines pour les problèmes africains, et également la question de financement par les pays du continent des actions du maintien de la paix en Afrique.

L'ambassadeur d'angola, arcanjo do nascimento, au conseil de paix et de securité
L'ambassadeur d’Angola, Arcanjo Do Nascimento, au conseil de paix et de sécurité



L’Angola et d’autres pays africains considèrent que les Etats du continent doivent financer les opérations de prévention, maintien ou imposition de la paix en Afrique jusqu’à une limite maximum de 25 pour cent, et le reste du financement dépend des Nations Unies. L’analyse de la situation des pays comme le Burundi et la République Centrafricaine, la capacité africaine de réaction immédiate aux crises (CARIC), la coordination des actions de paix et sécurité entre le CPS et les mécanismes régionaux continentaux, notamment la SADC, CEDEAO, IGAD, CEAC et l’Union du MAGREHB font partie de l’agenda. 

L’Angola a été élu en janvier 2018, pour un mandat de deux ans, membre du Conseil de paix et de Sécurité, principal organe chargé de garantir la paix et la sécurité dans le continent intégrant 15 membres parmi lesquels la Zambie, le Zimbabwe, le Nigeria, l’Egypte, le Kenya, le Maroc, le Gabon, le Congo, la Guinée Equatoriale, Djibouti, la Serra Leone, le Liberia, le Togo et le Rwanda.