Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

Inauguration de Supérieur de Technologie Agro-Alimentaire

14/10/2020

Le Président de la République, João Lourenço, considéré, le 13 de ce mois, à Malanje, que le pays sera en mesure de transformer localement
les produits de ses champs, avec l’émergence de son premier Institut
Supérieure de technologie agroalimentaire. Dans les déclarations de presse, à la fin de la cérémonie d’inauguration de cet établissement d’enseignement supérieur, qui appartiendra à l’Université
Reine Njinga-a-Mbande, João Lourenço a souligné que les étudiants
sont maintenant en condition d’acquérir les connaissances les plus modernes dans la transformation des produits agricoles. Cela signifie que les futurs investisseurs dans le domaine de l’agro-industrie et transformation des produits agricoles disposeront du cadre dont ils ont besoin dans leur industries, a dit le président.

La nourriture du pays couvrira un grand écart, en ce qui concerne la transformation de produits sur le terrain.

Ce type d’investissement vient augmenter l’offre de formation de qualité.
Le chef de l’Etat a déclaré que la province de Malanje a été délibérément choisie à la maison de l’Institut de Technologie Agroalimentaire, parce qu’elle a
un grand potentiel agricole. Potentiel que l’on retrouve aussi dans les provinces environnantes Cuanza-Norte et Uíge. Le Président de la République, a ajouté que l’initiative sera reproduite dans le Centre, à l’est et au sud de Pays. « Nous devons nous rappeler que le pays est vaste », at-il dit. Tant qu’elle continuera d’être la seule dans le pays, a-t-il poursuivi, l’institution servira tout le territoire national; raison pour laquelle il a dit qu’était nécessaire la création d’un meilleur environnement pour que les étudiants d’autres régions puissent se former à l’ institut, jusqu’à ce que le projet prenne forme d’autres provinces.
João Lourenço a rapporté que le pays marque une étape significative en matière de réponse aux préoccupations relatives à la production agricole, mais a déploré le fait pour également vérifier les déchets des produits par manque
des industries de transformation et le traitement de nourriture.

Partenariat avec la France

Parce qu’il s’agit d’un investissement résultant du partenariat entre l’Angola et la France, l’inauguration de l’Institut devait se tenir en présence des présidents des deux pays, mais en raison des restrictions imposées par la pandémie de Covide-19, le président Emmanuel Macron n’a pas pu prendre part à cet événement.
« Le président Macron devait être ici a mes côtés, afin d’
inaugurer cette institution, montrant le résultat de la coopération
entre les deux pays », a mis en évidence João Lourenço.
« Mais il était bien représenté par votre ambassadeur».
João Lourenço a dit que « l’Angola est susceptible de devenir le nouveau pouvoir agricole sur le continent africain si l’on arrive à profiter de la relation de coopération avec la France, pour être une centrale agricole dans le monde et, en particulier, en Europe ».
Il a dit qu’il s’agissait d’un rêve réalisable, dans la mesure où le pays a des conditions objectives pour la portée de ce desiderata, comme les terres arables et l’abondance de cours d’eau. Cependant a reconnu qu’il était nécessaire, tout d’abord, de faire un pari sur la formation de l’Angolais. « Ce qui va être fait dans cette institution, faisons-le sur le plan de la coopération avec la France », a-t-il dit.

L’investissement

L’investissement est le résultat du partenariat entre les États Angolais et Français, basé sur une bonne relation entre les deux pays. A la genèse de la signature, en 2008, le projet structurant et la création de formation technologie publique au niveau du Ministère de l’Éducation

Retour au début.

L’accord a donné lieu au partage des responsabilités entre l’Angola et la France, ayant sur la partie française, la responsabilité de la former le personnel enseignant, l’équipement en matériels informatique, bibliographique,
ainsi qu’une partie des autres équipements disponibles à l’institut.
De la part de l’Angola, il il incombait la responsabilité, partageé entre le Ministère de L’Enseignement Supérieur et le Gouvernement de la province de Malanje, de la construction, des meubles et de l’installation du réseau l’électricité et son accès.
De 2010 à 2017, le processus de formation des enseignants, qui enseignent à
Institut. Ils ont été formés 12 maîtres et deux médecins, l’Angola et la France.
En 2012 est le lancement de la première pierre, par le ministre de l’Enseignement Supérieur, Science et la Technologie et par l’ambassadeur de la France.