Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

INDICATEURS MACROECONOMIQUES

La balance des paiements

L’Angola dispose d’une balance des paiements solide qui, malgré la volatilité des prix de pétrole, permet de constituer des réserves financières. La position de liquidité extérieure du pays est confortable et selon les agences de notation, les risques politiques du pays sont très faibles à court terme et faibles à moyen terme.


Perspectives de croissance de l'Angola

Perspectives de croissance
L’Angola a connu pendant plusieurs années un taux de croissance à deux chiffres (24,4 % en 2007, 16 % en 2008). Elle fait face actuellement ralentissement lié à la crise internationale (vulnérabilité du marché pétrolier et de celui des matières premières), elle compte sur la reprise par le développement du secteur non pétrolier stimulé par la politique de diversification économique. Selon le FMI, la Banque mondiale et certaines agences de notation, les perspectives de croissance sont stables jusqu’à l’horizon 2023.


Evolution des réserves de 2002 à 2012

Evolution des réserves internationales
L’Angola a regagné la confiance de la communauté internationale financière après le règlement de sa dette publique avec le Club de Paris (accord signé le 20 décembre 2007). L’État a réussi à réduire de manière significative son endettement, qui est passé de 73 % du PIB en 2003 à 33 % en 2013. Les ratios sont encourageants, le taux de couverture des importations est de plus de six mois, onze fois la dette à court terme et douze fois le service de la dette. L’Angola a acquis une position de liquidité extérieure confortable.


Finances publiques en % du PIB

Finances publiques
Les finances publiques angolaises se sont nettement améliorées avec le sérieux budgétaires. L’accord de confirmation signé avec le FMI en 2009 pour un montant de 1,4 milliard de USD a permis la stabilisation du kwanza, la maîtrise de l’inflation et la stabilisation de la croissance.