Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

Carte ethnolinguistique de l'Angola

Carte ethnolinguistique de l'Angola

À côté des Bantous, on trouve des peuples d'origine khoïsane (quelques milliers), issus des Boshimans et des Hottentots, qui vivent près de la frontière zambienne.

Selon les données (2000) du Summer Institute of Linguistics de Dallas (Texas, USA), plus de 90 % des Angolais auraient des langues bantoues comme langue maternelle. Celles-ci sont au nombre d'une quarantaine, mais cinq ont le statut de langues nationales et comptent près de 80 % de locuteurs. Il s’agit de l’umbundu (4 millions de locuteurs), du kimbundu (3 millions), du kikongo (1,1 million), du quioco (500 000) et du ganguela (172 000). Cette étude fera certainement l'objet d’une actualisation après le prochain recensement de la population car la configuration géoethnique a profondément changé au cours des années passées, la population ayant considérablement augmenté.

Les langues angolaises ont commencé à être prises en compte dans l'enseignement, sur une base expérimentale, à partir de 2005, avec six langues : le kikongo, le kimbundu, l'umbundu, le tchókwe, le nganguela et le kuanhama. L'objectif principal est de favoriser autant que possible la diffusion des langues et des cultures nationales de chaque région ainsi que le patrimoine commun de la nation.

L'objectif du gouvernement consiste à mettre en place et développer dans tout l'enseignement de base les langues nationales comme facteur d’identité et de développement socioculturel afin de favoriser le processus d’enseignement et d'apprentissage pour les populations défavorisées et vulnérables, en réduisant les désistements et les échecs, et en augmentant la poursuite des études dans les écoles, en particulier pour les femmes et les filles. Il s'agit surtout d'offrir des contenus pédagogiques au primaire dans les langues nationales, en priorité pour les enfants vivant dans un environnement rural.

Pour l'utilisation et la promotion des langues locales, l'Institut national des langues de l'Angola (Instituto de Línguas Nacionais de Angola) a fixé des règles concernant l'orthographe des langues côkwe, kikongo, kimbundu, nyemba, oshikwanyama et umbundo, ainsi que les aspects phonétiques, phonologiques, morphosyntaxiques, lexicaux et sémantiques. Les résultats de cette recherche ont constitué la base du développement de matériel didactique pour la future introduction de ces langues dans l'enseignement primaire, en parallèle avec le portugais. À l’université, on enseigne en portugais, mais aussi en anglais et en français.