Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

LA LITTERATURE

La littérature angolaise dispose d’un riche catalogue. Beaucoup d’œuvres ont été traduites dans de nombreuses langues (dont l’anglais, le français et l’italien).

La langue d’expression de la littérature angolaise est essentiellement le portugais, même si de plus en plus d’écrivains expérimentent d'autres langues africaines nationales en littérature.

L’histoire de la littérature angolaise peut-être résumée en quatre phases distinctes.

1 . La période avant la colonisation est caractérisée par une littérature orale. Celle-ci est la véritable littérature africaine en général. Ici tout Africain contribue à sa langue maternelle ou nationale. Les griots chantent, les sculpteurs sculptent, les peintres peignent et les vieux emmagasinent toutes leurs traditions par la littérature orale. Tout Angolais ou Africain ayant vu le jour en Afrique a eu la chance de bénéficier de ces récits oraux. La tradition orale africaine est souvent présentée en contes, mythes, chansons, etc. Dans cette tradition orale les plus âgés jouent le rôle de bibliothèques des connaissances, de sagesse, des traditions et cultures.

2 . L’avènement de la colonisation introduit la langue portugaise et représente le début de la littérature écrite, notamment avec la publication en 1901 de Almanach-Ensaios Literários, puis, en 1934, du livre d'António de Assis Junior, O segredo da morta.

3 . La littérature de résistance ou d’émancipation naît dans les années 1950. Le roman de Castro Soromenho est sans doute un des premiers à relater les effets de la colonisation. Plus tard émerge une élite intellectuelle composée d’écrivains, de poètes et d’essayistes. Elle brave et contourne la répression coloniale et utilise la langue portugaise pour développer une forme de mouvement de résistance intellectuelle qui permettra de dénoncer la colonisation et ses méfaits. C’est pendant cette période que naissent les grands noms de la littérature de résistance tels Agostinho Neto, Artur Carlos Maurício Pestana dos Santos (Pepetela), Mendes de Carvalho, Mário Pinto de Andrade, etc.

4 . La littérature post-coloniale est dominée dans un premier temps par l’affirmation de l’indépendance et l’affranchissement intellectuel vis-à-vis de la tutelle exercée par les colons. Suit une période d’incertitude et d’interrogations, marquée essentiellement par la guerre civile. Enfin la tendance des auteurs contemporains est à la fiction et à la narration des réalités sociétales.
____________

Œuvres littéraires classiques

Mayombe - Pepetela
Antologia da Poesia Negra de Expressão Portuguesa (1958) - Mário Coelho Pinto de Andrade
As origens do Nacionalismo Africano (1997) - Mário Coelho Pinto de Andrade
Sagrada Esperança - Agostinho Neto
Yaka - Pepetela
A Morte do Velho Kipacaça - Boa Ventura Cardoso
A Geração da Utopia - Pepetela
O Ano do Cão - Roderick Nehone
Quem me Dera Ser Onda - Manuel Rui Monteiro
Sobreviver em Tarrafal de Santiago - António Jacinto
Terra Morta - Castro Soromenho
Viriato da Cruz - Poemas
Espíritos e Ritos Angolanos (1958-1975) - Oscar Ribas
Contos Tradicionais Angolanos (1967-1989) - Oscar Ribas
O Vendedor de Passados - José Eduardo Agualusa
Bom Dia Camaradas - Ondjaki`
____________

Écrivains angolais classiques et contemporains

José Mena Abrantes (1945)
José Luis Mendonça (1955)
José Eduardo Agualusa (1960)
Mário Pinto de Andrade (1928-1990)
Arlindo Barbeitos (1940)
Mendes de Carvalho
Dia KassembeAlda Lara (1930-1962)
Pedro de Gouveia Leite Mateus
Mbwango (Reis Luis)
Agostinho Neto (1922-1979)
Pepetela (Artur Carlos Maurício Pestana dos Santos, 1941)
Oscar Ribas
Ana Paula Tavares (1952)
Amélia Veiga, née au Portugal (1931)
José Luandino Vieira (1935)