Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

LA POLITIQUE EXTERIEURE DE L’ANGOLA

L’Angola est membre de plusieurs organisations régionales et prône le respect de la souveraineté des pays, la non-ingérence dans les affaires internes des pays, la coopération politique et économique avec des avantages réciproques ainsi que la solution des conflits par des voies diplomatiques négociées.

La situation géographique de l’Angola, entre l’Afrique centrale et australe, lui confère un rôle géopolitique régional et sous régional influent.

La guerre qui a duré près de vingt-sept ans et les conflits dans le sud-ouest africain ont placé l’Angola au centre d’un conflit régional entre les deux puissances mondiales, entraînant le pays dans les enjeux de politique régionale et internationale.

Depuis son indépendance en 1975, l’Angola a joué un rôle remarquable pour l’indépendance de la Namibie, la fin de la politique d’apartheid en Afrique du Sud, la stabilisation de la République du Congo et de la République démocratique du Congo.

Il s’agit donc d’un rôle à dimension politique, diplomatique et militaire et, depuis l’avènement de la paix, ce rôle englobe la sphère économique et commerciale et gagne une vocation de plus en plus continentale, voire internationale.

L’Angola a été élu par deux fois membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies et joue un rôle très actif au niveau des organisations régionales, dans la recherche de solutions négociées, en particulier dans les pays de la Région des Grands Lacs mais aussi en Guinée-Bissau, en Égypte, au Soudan et en République centrafricaine.

L’Angola préside la Conférence Internationale des Pays de la Région des Grands Lacs et son rôle est unanimement salué par les Nations Unies, les grandes puissances et les pays de la région.

9 EME SOMMET EXTRA-ORDINAIRE DES CHEFS D'ETAT ET DE GOUVERNEMENTS DE LA CIRGL, LUANDA-ANGOLA, MAI 2015

L’Angola fait partie de cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations qui ont été élus en octobre 2014. C’est la seconde fois que l’Angola est choisi, après les années 2003-2004. Les États sont en effet élus pour un mandat de deux ans qui entre en vigueur à partir du 1er janvier 2015 jusqu’à fin décembre 2016. L’Angola était candidat pour remplacer le Rwanda en place depuis 2013. L’Angola a obtenu 190 voix sur les 193 pays membres,

Le pays est représenté au sein des organisations suivantes :

l’Union africaine (UA) : l’Angola a été élu à la commission exécutive du Conseil de paix et de sécurité pour une période de trois ans à compter de 2007 ;

La Southern African Development Community - SADC :
l’Angola en a assuré la présidence tournante jusqu’en septembre 2012 ;

La Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) et la Conférence pour la paix et la sécurité dans la Région des Grands Lacs ;


L’Association du Golfe de Guinée qui regroupe les États riverains : Cette commission a été créée en 2006 et l’Angola en accueille le siège.
L’Angola a été membre non permanent du Conseil de sécurité entre 2003 et 2004 et le pays a été élu au Conseil des droits de l’homme (CDH) en mai 2007 pour un mandat de trois ans.

L’Angola est également représenté dans les organes spécialisés de l’ONU tels que l’OMC (l’Organisation mondiale du commerce) et l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture).

L’Angola est membre fondateur de l’Association des pays africains producteurs de diamant et fait partie de l’Organisation des pays producteurs du pétrole (OPEP). Il entretient des relations étroites avec le Portugal et le Brésil.

L’Angola est membre de la Communauté des pays de Langue Portugaise, la CPLP et des PALOP (Pays Africains de Langue Portugaise) qui regroupe les cinq pays lusophones d’Afrique (Angola, Cap-Vert, Mozambique, Guinée-Bissau et São Tomé-et-Principe).

De façon générale, l’Angola a des relations politiques, diplomatiques, économiques et commerciales équilibrées avec l’Europe, l’Amérique, l’Afrique et l’Asie et une diplomatie très active en Afrique australe, centrale et dans les pays de la Région des Grands Lacs dont elle assure la présidence depuis janvier 2014.