Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

La France manifeste son soutien à la candidature de Mbanza Kongo au patrimoine mondial

07/06/2017


La France a manifesté mercredi 7 juin dernier à Luanda, par le biais de sa représentation diplomatique en Angola, le soutien sans réserves de la candidature de la ville de Mbanza Kongo au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Dans une note de presse parvenue mercredi à l'Angop, la représentation diplomatique française ajoute que la France tient à souligner la qualité du dossier soumis à l'UNESCO, ainsi que la dimension historique de ce site à caractère matériel, immatériel et documentaire irréfutables.

"Les valeurs universelles et exceptionnelles que l'ancienne capitale du Royaume du Kongo dispose, sont celles qui permettent de son inscription sur la Liste du patrimoine mondial", lit-on dans la note.

Le projet de l'inscription sur Mbanza Kongo sur la liste du patrimoine mondial, dénommé "Mbanza Kongo, ville à déterrer pour préserver", a été lancé par le ministère de la Culture en 2007 avec la tenue de la deuxième table ronde internationale.

Le processus de candidature est actuellement en possession du Comité du patrimoine mondial, à Paris, et devrait être analysé en juillet prochain lors d'une réunion de l’organe en Pologne.

La présentation du document de candidature a eu lieu au cours d'une conférence sur « Candidature de la ville de Mbanza Kongo AU patrimoine mondial de l'UNESCO», en avril dernier lors de la visite d'un groupe de 55 touristes nationaux et étrangers.

Sónia Domingos a présenté aux touristes des valeurs universelles et exceptionnelles dont l'ancienne capitale du Royaume du Kongo est dépositaire et qui l’habilitent à s’inscrire à la liste du patrimoine mondial.

La coordinatrice, également archéologue, a souligné le pouvoir et d'autres attributs propres du domaine royal, mettant en relief le « sungila », local où étaient parfumé les corps des rois défunts, yala a Nkuwu, arbre séculaire, Kulumbimbi, première cathédrale sainte catholique érigée au sud de Sahara, le cimetière des rois de Kongo et la tombe de Mme Mpolo, mère d'un des rois enterrée vivante pour la désobéissance aux lois de la cour.

"Ces lieux et sites historiques démontrent que le pouvoir politique et religieux du roi du Kongo était exercé dans ce périmètre, donc le lieu est apte à être classé comme patrimoine mondial", a-t-elle souligné.

La responsable a rappelé que le Royaume du Kongo avait été transformé par les Européens comme la plus importante source d'acquisition d'esclaves, qui, à leur tour, amenaient la richesse de la valeur culturelle de ce peuple à la diaspora, dont les expressions sont visibles dans certains pays d'Europe.