Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

L’Angola se mobilise contre la sècheresse dans le sud du pays

04/05/2019

Le Président angolais, João Lourenço, a estimé samedi 4 mai, qu'il était nécessaire de renforcer le Programme d'urgence de lutte contre la sécheresse dans la province de Cunene.
Le Président angolais, João Lourenço, a estimé samedi 4 mai, qu'il était nécessaire de renforcer
le Programme d'urgence de lutte contre la sécheresse dans la province de Cunene.


Interrogé par la presse, le Président s’est dit préoccupé du fait que la situation allait se prolonger jusqu’aux cinq prochains mois, période de la saison sèche, soit de manque de pluie en Angola, qui commence effectivement le 15 mai.
S’exprimant depuis Ondjiva, principale ville de cette province d’extrême sud d’Angola, João Lourenço
a dit que le renforcement dudit programme préviendrait l’aggravation de ce phénomène naturel cyclique,
qui continue à tuer des hommes et des animaux depuis octobre 2018.



Interrogé par la presse, le Président s’est dit préoccupé du fait que la situation allait se prolonger jusqu’aux cinq prochains mois, période de la saison sèche, soit de manque de pluie en Angola, qui commence effectivement le 15 mai.

Faisant le bilan de ses visites de travail de trois jours à Namibe et à Cunene, deux provinces voisines durement touchées par la sécheresse, João Lourenço a dit que face à la réalité, la réponse du gouvernement devra aussi être plus effective, à caractère d’urgence, pour une solution définitive

Le gouvernement a pris des mesures d’urgence dans ce sens, cependant, ce n’est donc pas en un jour que la solution aux problèmes sera trouvée, a-t-il expliqué.

"Les programmes que nous avons approuvés (achat de bidons, des camions citernes, le forage de puits d’eau, la construction de barrages et de canaux qui s’y rattachent) seront mis en œuvre en l’espace de trois ans voire quatre ans”, a-t-il souligné.


SELON LES CHIFFRES DE L’UNICEF

L’information rapportée par Reuters, a été divulguée par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

En Angola, environ 2,3 millions de personnes sont touchées par l’insécurité alimentaire induite par la grave sécheresse.


L’information rapportée par Reuters, a été divulguée par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Alors que face à cette situation, le président Joao Lourenço a déclaré l’état d’urgence en janvier dernier, la tendance reste toujours préoccupante dans certaines régions du pays en raison du manque de fonds.

D’après l’UNICEF, le nombre de personnes en besoin d’assistance alimentaire a plus que triplé passant de 250 000 en janvier à 850 000 en mars dernier dans la province de Cunene.

En outre, 2 500 enfants de moins de 5 ans ont été soignés pour une malnutrition aigüe sévère entre janvier et mars dans les provinces de Cunene, Bie, Namibe, Luanda-Nord et Huila. Par ailleurs, ajoute l’organisation, 500 000 enfants pourraient manquer de nourriture en quantité suffisante. Selon Reuters, l’UNICEF a seulement débloqué 28% de la contribution qu’elle avait prévue en faveur de l’Angola.