Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

João Lourenço plaide en faveur d’une nouvelle ère de coopération entre l’Afrique et l’Union européenne

04/07/2018

Coopération entre l'Afrique et l'UE
Le Chef de l'Etat angolais, João Lourenço, a appelé l'Union européenne à mettre en place, avec l'Afrique, un modèle de coopération à moyen et à long terme, permettant aux pays africains d'avoir une plus grande offre d'emploi et des opportunités d'affaires pour ses citoyens.



Le président João Lourenço a saisit cette occasion pour évoquer l'existence des sujets d'intérêt commun entre l'Angola et l'Union européenne, notamment celles liées au développement économique et social, à la sécurité, à la lutte contre le terrorisme et au contrôle des flux migratoires de l'Afrique vers l'Europe.
Invité à s'exprimer à la session plénière du Parlement européen dans la ville de Strasbourg, le Président angolais a préconisé la nécessité de changement du modèle de coopération institué par l'accord de Cotonou (Bénin) entre l'Union européenne et le groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Selon João Lourenço, les fils de l'Afrique traversent actuellement la méditerranée au péril de leur vie pour fuir les conflits armés, la faim et la misère qui sévissent dans certains des pays, le chômage et le manque de perspectives pour un avenir meilleur du continent. Par conséquent, João Lourenço a appelé l'Union européenne à mettre en place, sur le continent africain, un modèle de coopération pour inverser le cadre actuel et d'aider les pays africains à passer de simples exportateurs de matières premières en producteurs de produits fabriqués et transformés, comme garantie d'une plus grande offre d'emplois et d'opportunités d'affaires.

Le président angolais reçu par le président du parlement européen
Le président angolais reçu par le président du parlement européen 



Le président angolais a souligné la responsabilité collective du cadre actuel des pays du continent, caractérisé par « un climat de conflits internes, l'insécurité, les crises économiques et financières, le terrorisme, la faim et la pauvreté », qui provoque des vagues successives de l'émigration vers l'Europe.

C’est une situation qui interpelle tous les dirigeants du monde car il est triste et choquant de constater qu'actuellement, l’histoire se répète, bien que dans un contexte différent, il y a environ six siècles que les fils de l'Afrique avaient été déportés dans des conditions dégradantes à bord de navires négriers vers l’Amérique, où, en tant qu'esclaves, ils ont contribué à bâtir les grandes économies du monde.

Le Chef de l'Etat a insisté sue le fait que l'Europe gagnerait avec une Afrique capable de retenir ses fils sur le continent grâce à des fortes offres d’emplois et de meilleures conditions de vie en général. « Ce n'est pas un simple rêve, mais quelque chose qui peut devenir une réalité, si nous discutons d'égal à égal, sans aucun type de complexe, avec réalisme et pragmatisme », a-t-il reconnu.

En tant que Président de l'organe de coopération politique, de défense et de sécurité de la SADC, João Lourenço a précisé qu’il soutenait des initiatives visant à appuyer les efforts de la SADC, de la CEAC et de la CIRGL dans la résolution pacifique des problèmes de sécurité qui touchent certains pays de la région, en particulier la RD Congo, la République Centrafricaine, le Soudan du Sud, le Lesotho et Madagascar. « Nous travaillons en collaboration avec les organisations sous régionales, l'Union africaine et les Nations Unies, tout en respectant la souveraineté nationale de chaque Etat, de même que les normes du droit international », a-t-il souligné. Il a, d’autre part, réitéré la position africaine commune de changer les termes du modèle de coopération.

Crée en 1952, l Le Parlement européen est l’institution représentant les peuples des États membres de l’Union européenne (UE). Son rôle s’est progressivement renforcé à travers les différents traités, mais aussi avec l’élection au suffrage universel direct de ses députés à partir de 1979. Ses compétences, au départ principalement consultatives, couvrent aujourd’hui trois champs : compétences législatives : il participe à l’adoption des actes juridiques aux côtés du Conseil (Conseil des ministres); compétences budgétaires : il établit, avec le Conseil, le budget annuel de l’Union; compétences de contrôle de l’exécutif de l’UE : le Parlement dispose de moyens de contrôle. Il peut censurer la Commission qui doit alors démissionner. Le président de la Commission est élu par le Parlement et le choix des autres membres de la Commission est soumis à son approbation.