Ambassade d’Angola en France

Besoin d’informations ?

Le système financier angolais sous pression

07/07/2017

Le système financier angolais sous pression

Selon le gouverneur de la Banque Nationale d’Angola Valter Filipe da Silva 17,6% des crédits accordés par le système bancaire étaient en souffrance, fin 2016.


En Angola, les crédits en souffrance se sont établis à 639 milliards de kwanzas (3,8 milliards $), fin 2016, représentant 17,6% des fonds prêtés par le système bancaire à l’ensemble des agents économiques, a annoncé mercredi le gouverneur de la Banque centrale, Valter Filipe da Silva.

Dans une déclaration marquant la cérémonie d'ouverture de la conférence sur la réglementation et la supervision
bancaires en Angola, tenue à Luanda, le responsable monétaire a révélé que les prêts accordés à l'économie étaient de 3619 milliards de kwanzas (21,7 milliards $). Le patron de la Banque nationale d’Angola (BNA) a fait savoir qu’à la fin de la période sous revue, 29 banques étaient en exploitation sur les 30 banques autorisées, le taux d’utilisation des services bancaires ressortant à 59% alors que l’ensemble du système bancaire disposait de 6 millions de clients.

Selon un rapport du cabinet Deloitte présenté en novembre 2016 à Luanda, dans la capitale angolaise, en 2015 l’encours des crédits en souffrance s'élevait à 355,6 milliards de kwanzas (2,32 milliards $).

Valter Filipe prône les bonnes pratiques financières

 Valter Filipe prône les bonnes pratiques financières


La croissance économique du pays ainsi que la prospérité des familles et des entreprises dépendent de la conformité de la Banque Nationale (BNA) et des Banques commerciales aux normes et bonnes pratiques internationales du système financier, a défendu mercredi le gouverneur de cette institution financière, Valter Filipe da Silva

Lors d’une intervention faite à l’ouverture de la conférence sur « la régulation et supervision bancaire : Expériences et défis », Valter Filipe da Silva a souligné que si la BNA et les banques n’alliaient pas le système financier et bancaire aux normes et bonnes pratiques internationales, il n’y aura pas un nouveau cercle vertueux, productif et de le développement du pays.

Considérant cet objectif, a-t-il dit, la BNA a approuvé et publié en 2016, 48 normes qui régulent les fonds propres réguliers, l’adoption pleine des normes internationales de comptabilité et le rapport financier, la gouvernance de risque, la conceptualisation du crédit, le test de l’effort et les règles de conduite.
Parlant des normes de conduite, il a cité les nouvelles mesures sur la supervision comportementale visant à renforcer la solidité et les mécanismes de protection des intéressés des consommateurs de produits et services financiers afin d’atténuer le risque de conduite des institutions financières dans le cadre de l’exercice de leur activité.

Les participants à cette conférence ce sont penchés sur plusieurs thèmes entre autres : « la réforme de supervision et régulation financière – une vision pour les années prochaines, les défis de supervision en Europe, et l’importance de régulation en ce début de la nouvelle décennie ainsi que le partage d’expériences.